En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

AssLogo_ASEPE.GIFociation de Sauvegarde et d'Études du Patrimoine de l'Embrunais

Vous êtes ici :  Accueil
 
 
 

L'A.S.E.P.E.

L’Association de Sauvegarde et d’Etudes du Patrimoine de l’Embrunais 

a pour but de mettre en œuvre tous les moyens visant à assurer l'étude, la protection, l'animation, la mise en valeur et la restauration de tout élément du patrimoine présentant un intérêt historique, archéologique, ou plus largement culturel du Canton d'Embrun et de contribuer à la vie culturelle d'Embrun.

L'A.S.E.P.E. assure aussi la rédaction et la publication du journal "LA DURANCE"

Permanence de l'association
Votre soutien nous est précieux
     (Bulletin d'adhésion et/ou d'abonnement)

COLLECTOR N°5

COLLECTOR N°5 :

Les numéros 114 à 119
 LA DURANCE

et le N°4 Automne 1993
Spécial Emile Gigues

En vente 35 €

► RECTO VERSO
Place de la Mazelière

ou :
nous contacter par mail ou téléphone
en cliquant ICI

Couv coffret 5 1024.jpg

LA DURANCE N°122 HIVER 2022

LA DURANCE N°122
HIVER 2022

Pour tous nos abonnés, 

en vente aussi :

►Imprimerie RECTO-VERSO Place de la Mazelière à EMBRUN

►A.S.E.P.E, cliquer ici :  Nous contacter

La Durance 1221024_1.jpg

Lire la suite

LA DURANCE N°122
HIVER 2022

Pour tous nos abonnés, 

en vente aussi :

►Imprimerie RECTO-VERSO Place de la Mazelière à EMBRUN

►A.S.E.P.E, cliquer ici :  Nous contacter

La Durance 1221024_1.jpg

Fermer

Les 3 dernières nouvelles

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du vendredi 3 février 2023

DL_2023_02_03_Inventaire_redimensionner_2.pngLa communauté de communes de Serre-Ponçon a lancé l’inventaire du bâti religieux sur Serre-Ponçon, avec l’aide de la région Sud (voir notre édition de ce jeudi 2 février). Elle en a confié la mission à Memoriae, une agence spécialisée pilotée par Julie Aycard. Pour que cet inventaire soit complet, cette experte a besoin du concours de tous ceux qui peuvent communiquer des archives ou signaler des endroits bâtis où se sont déroulées des cérémonies : chapelles, croix de mission, oratoires.

Pour Julie Aycard, le concours des habitants est indispensable : « J’attends de la population qu’elle me signale ces lieux même s’ils sont du domaine privé. Il y a les chapelles qui sont dans des hameaux un peu éloignés ou en alpage. Je ne les trouverai pas forcément toutes. Il y a aussi les anciens bâtiments religieux transformés qui passent aujourd’hui inaperçus. »

L’inventaire vise ce qui est bâti, et non les objets de cultes ou statues. Il concerne toutes les religions.

« J’attends aussi des archives possibles. En particulier des photos. Des fois, on prend des photos d’un édifice au cours d’une fête de famille. On ne s’en rend pas forcément compte, mais en fait, on garde une trace de l’édifice en arrière-plan. Cela m’intéresse, car je vois une évolution du bâti pendant toutes ces dernières années. »

Le contact pour transmettre ces informations est Corine Clivio : c.clivio @ccserreponcon.com Tél. 04 92 44 15 12.

► VOIR AUSSI le site web de notre association :  :

► ASEPE - Chapelles et oratoires de l'Embrunais (patrimoine-embrunais.fr)


Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du jeudi 2 février 2023

DL_Inventaire_Patrimoine.jpgIl y a la cathédrale, l’abbaye de Boscodon, les églises dans les villages. À côté de ces édifices religieux reconnus, on trouve de multiples chapelles dans les hameaux ou les alpages, des croix de mission, des oratoires, des prieurés… La communauté de communes de Serre-Ponçon (CCSP), en partenariat avec la Région Paca, a décidé de recenser toutes les constructions où se sont déroulés des cultes, processions ou pèlerinages.

Ce lundi 30 janvier à la Manutention, Pierre Vollaire, vice-président de la CCSP en charge de l’aménagement du territoire, présidait une réunion publique pour lancer ce travail d’inventaire. Le premier depuis 1948. La trentaine de personnes présentes a pu faire la connaissance de Julie Aycard, de l’agence spécialisée Memoriae. Elle mènera cette vaste opération sur deux à trois ans. Cette spécialiste de l’art médiéval commencera par Embrun puis ratissera le territoire en commençant par la partie nord.

Pour Julie Ayca.rd, chaque bâtiment visité demande un travail méthodique : « J’y passe entre une demi-heure et trois jours. Je prends de 100 à 3 000 photos. Je les étudie. Je réfléchis à ce que me dit le bâtiment. Je commence à échafauder des hypothèses sur la manière dont il a été construit. Qui a décidé de sa construction ? Je consulte ensuite les archives qui existent encore, pour valider ou non mes suppositions. » Toutes ces données sont entrées dans une base de données nationale.

Un inventaire qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives

Outre l’inventaire, cette spécialiste amènera de nouvelles informations sur ce que l’on croyait connaître. Sa première visite à la cathédrale d’Embrun pourrait ouvrir de nouvelles perspectives. De quoi réjouir les guides conférenciers : « Il y a toute une littérature sur la cathédrale, mais le bâti n’a jamais été vraiment regardé pierre par pierre, comme le fait Julie. Cela va chambouler des savoirs que l’on croyait acquis. Elle pense avoir une idée sur la cathédrale primitive. »

« Il y aura sûrement une réunion publique à Embrun pour restituer l’inventaire de la cité », avance la spécialiste.

On pourra également consulter les informations récoltées sur dossier sinventaire.maregionsud.fr. C’est le site du service de l’inventaire général du patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui encadre les recherches effectuées

Lire la suite

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du vendredi 3 février 2023

DL_2023_02_03_Inventaire_redimensionner_2.pngLa communauté de communes de Serre-Ponçon a lancé l’inventaire du bâti religieux sur Serre-Ponçon, avec l’aide de la région Sud (voir notre édition de ce jeudi 2 février). Elle en a confié la mission à Memoriae, une agence spécialisée pilotée par Julie Aycard. Pour que cet inventaire soit complet, cette experte a besoin du concours de tous ceux qui peuvent communiquer des archives ou signaler des endroits bâtis où se sont déroulées des cérémonies : chapelles, croix de mission, oratoires.

Pour Julie Aycard, le concours des habitants est indispensable : « J’attends de la population qu’elle me signale ces lieux même s’ils sont du domaine privé. Il y a les chapelles qui sont dans des hameaux un peu éloignés ou en alpage. Je ne les trouverai pas forcément toutes. Il y a aussi les anciens bâtiments religieux transformés qui passent aujourd’hui inaperçus. »

L’inventaire vise ce qui est bâti, et non les objets de cultes ou statues. Il concerne toutes les religions.

« J’attends aussi des archives possibles. En particulier des photos. Des fois, on prend des photos d’un édifice au cours d’une fête de famille. On ne s’en rend pas forcément compte, mais en fait, on garde une trace de l’édifice en arrière-plan. Cela m’intéresse, car je vois une évolution du bâti pendant toutes ces dernières années. »

Le contact pour transmettre ces informations est Corine Clivio : c.clivio @ccserreponcon.com Tél. 04 92 44 15 12.

► VOIR AUSSI le site web de notre association :  :

► ASEPE - Chapelles et oratoires de l'Embrunais (patrimoine-embrunais.fr)


Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du jeudi 2 février 2023

DL_Inventaire_Patrimoine.jpgIl y a la cathédrale, l’abbaye de Boscodon, les églises dans les villages. À côté de ces édifices religieux reconnus, on trouve de multiples chapelles dans les hameaux ou les alpages, des croix de mission, des oratoires, des prieurés… La communauté de communes de Serre-Ponçon (CCSP), en partenariat avec la Région Paca, a décidé de recenser toutes les constructions où se sont déroulés des cultes, processions ou pèlerinages.

Ce lundi 30 janvier à la Manutention, Pierre Vollaire, vice-président de la CCSP en charge de l’aménagement du territoire, présidait une réunion publique pour lancer ce travail d’inventaire. Le premier depuis 1948. La trentaine de personnes présentes a pu faire la connaissance de Julie Aycard, de l’agence spécialisée Memoriae. Elle mènera cette vaste opération sur deux à trois ans. Cette spécialiste de l’art médiéval commencera par Embrun puis ratissera le territoire en commençant par la partie nord.

Pour Julie Ayca.rd, chaque bâtiment visité demande un travail méthodique : « J’y passe entre une demi-heure et trois jours. Je prends de 100 à 3 000 photos. Je les étudie. Je réfléchis à ce que me dit le bâtiment. Je commence à échafauder des hypothèses sur la manière dont il a été construit. Qui a décidé de sa construction ? Je consulte ensuite les archives qui existent encore, pour valider ou non mes suppositions. » Toutes ces données sont entrées dans une base de données nationale.

Un inventaire qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives

Outre l’inventaire, cette spécialiste amènera de nouvelles informations sur ce que l’on croyait connaître. Sa première visite à la cathédrale d’Embrun pourrait ouvrir de nouvelles perspectives. De quoi réjouir les guides conférenciers : « Il y a toute une littérature sur la cathédrale, mais le bâti n’a jamais été vraiment regardé pierre par pierre, comme le fait Julie. Cela va chambouler des savoirs que l’on croyait acquis. Elle pense avoir une idée sur la cathédrale primitive. »

« Il y aura sûrement une réunion publique à Embrun pour restituer l’inventaire de la cité », avance la spécialiste.

On pourra également consulter les informations récoltées sur dossier sinventaire.maregionsud.fr. C’est le site du service de l’inventaire général du patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui encadre les recherches effectuées

Fermer


Pour information, voici le lien vers une vidéo de présentation de Gabriel Loppé réalisée à l’occasion de l’exposition

« Gabriel Loppé, artiste, alpiniste et voyageur »

que vous pouvez découvrir au Fort de Bard jusqu’au 14 janvier 2024 :

Vidéo Gabriel Loppé

Si vous désirez en savoir plus, je vous transmets également le lien vers l’exposition au Fort de Bard :

► Gabriel Loppé, artiste, alpiniste et voyageur

AFFICHE EXPOSITION FORT DE BARD_redimensionner.jpg

Gabriel_Loppe_Expo.jpg

Du 17 décembre 2022 au 14 janvier 2024, le Fort de Bard accueille dans les logements du Musée des Alpes, une exposition entièrement consacrée à Gabriel Loppé, peintre, photographe, alpiniste et voyageur, actif depuis la seconde moitié des années 1800. L’exposition, organisée par le Fort de Bard, par Anne Friang, des Amis de Gabriel Loppé et par William Mitchell de la galerie John Mitchell à Londres, tous deux commissaires d’exposition, propose plus de 100 œuvres, tableaux, dessins, photographies et objets de Gabriel Loppé. Les 65 tableaux, issus de collections privées et publiques représentent le travail de l’artiste pendant 50 ans, des années 1860 jusqu’au début du XXe siècle.

Gabriel Loppé dépeint dans ses œuvres la grandeur des montagnes, les glaciers coupés de crevasses et de fissures et les couchers de soleil observés du sommet du mont Blanc. En effet, de 1849 à 1912, il séjourne régulièrement à Chamonix, où il trouve l’inspiration pour représenter des paysages alpins et d’imposants glaciers.

Loppé fut l’un des premiers peintres-alpinistes et ses œuvres ont des traits très réalistes. À côté du thème dominant de la montagne, l’exposition montre sa production lors de ses nombreux voyages et séjours dans les principales capitales européennes, Londres et Paris, ainsi qu’en Ecosse, où elle représente des paysages, des rivières et des falaises rocheuses surplombant la mer.

Voir :Wikipedia, Gabriel Loppé

Peintures de Gabriel Loppé

Lire la suite

Pour information, voici le lien vers une vidéo de présentation de Gabriel Loppé réalisée à l’occasion de l’exposition

« Gabriel Loppé, artiste, alpiniste et voyageur »

que vous pouvez découvrir au Fort de Bard jusqu’au 14 janvier 2024 :

Vidéo Gabriel Loppé

Si vous désirez en savoir plus, je vous transmets également le lien vers l’exposition au Fort de Bard :

► Gabriel Loppé, artiste, alpiniste et voyageur

AFFICHE EXPOSITION FORT DE BARD_redimensionner.jpg

Gabriel_Loppe_Expo.jpg

Du 17 décembre 2022 au 14 janvier 2024, le Fort de Bard accueille dans les logements du Musée des Alpes, une exposition entièrement consacrée à Gabriel Loppé, peintre, photographe, alpiniste et voyageur, actif depuis la seconde moitié des années 1800. L’exposition, organisée par le Fort de Bard, par Anne Friang, des Amis de Gabriel Loppé et par William Mitchell de la galerie John Mitchell à Londres, tous deux commissaires d’exposition, propose plus de 100 œuvres, tableaux, dessins, photographies et objets de Gabriel Loppé. Les 65 tableaux, issus de collections privées et publiques représentent le travail de l’artiste pendant 50 ans, des années 1860 jusqu’au début du XXe siècle.

Gabriel Loppé dépeint dans ses œuvres la grandeur des montagnes, les glaciers coupés de crevasses et de fissures et les couchers de soleil observés du sommet du mont Blanc. En effet, de 1849 à 1912, il séjourne régulièrement à Chamonix, où il trouve l’inspiration pour représenter des paysages alpins et d’imposants glaciers.

Loppé fut l’un des premiers peintres-alpinistes et ses œuvres ont des traits très réalistes. À côté du thème dominant de la montagne, l’exposition montre sa production lors de ses nombreux voyages et séjours dans les principales capitales européennes, Londres et Paris, ainsi qu’en Ecosse, où elle représente des paysages, des rivières et des falaises rocheuses surplombant la mer.

Voir :Wikipedia, Gabriel Loppé

Peintures de Gabriel Loppé

Fermer


Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du jeudi 2 février 2023

DL_Inventaire_Patrimoine.jpgIl y a la cathédrale, l’abbaye de Boscodon, les églises dans les villages. À côté de ces édifices religieux reconnus, on trouve de multiples chapelles dans les hameaux ou les alpages, des croix de mission, des oratoires, des prieurés… La communauté de communes de Serre-Ponçon (CCSP), en partenariat avec la Région Paca, a décidé de recenser toutes les constructions où se sont déroulés des cultes, processions ou pèlerinages.

Ce lundi 30 janvier à la Manutention, Pierre Vollaire, vice-président de la CCSP en charge de l’aménagement du territoire, présidait une réunion publique pour lancer ce travail d’inventaire. Le premier depuis 1948. La trentaine de personnes présentes a pu faire la connaissance de Julie Aycard, de l’agence spécialisée Memoriae. Elle mènera cette vaste opération sur deux à trois ans. Cette spécialiste de l’art médiéval commencera par Embrun puis ratissera le territoire en commençant par la partie nord.

Pour Julie Ayca.rd, chaque bâtiment visité demande un travail méthodique : « J’y passe entre une demi-heure et trois jours. Je prends de 100 à 3 000 photos. Je les étudie. Je réfléchis à ce que me dit le bâtiment. Je commence à échafauder des hypothèses sur la manière dont il a été construit. Qui a décidé de sa construction ? Je consulte ensuite les archives qui existent encore, pour valider ou non mes suppositions. » Toutes ces données sont entrées dans une base de données nationale.

Un inventaire qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives

Outre l’inventaire, cette spécialiste amènera de nouvelles informations sur ce que l’on croyait connaître. Sa première visite à la cathédrale d’Embrun pourrait ouvrir de nouvelles perspectives. De quoi réjouir les guides conférenciers : « Il y a toute une littérature sur la cathédrale, mais le bâti n’a jamais été vraiment regardé pierre par pierre, comme le fait Julie. Cela va chambouler des savoirs que l’on croyait acquis. Elle pense avoir une idée sur la cathédrale primitive. »

« Il y aura sûrement une réunion publique à Embrun pour restituer l’inventaire de la cité », avance la spécialiste.

On pourra également consulter les informations récoltées sur dossier sinventaire.maregionsud.fr. C’est le site du service de l’inventaire général du patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui encadre les recherches effectuées

Lire la suite

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du jeudi 2 février 2023

DL_Inventaire_Patrimoine.jpgIl y a la cathédrale, l’abbaye de Boscodon, les églises dans les villages. À côté de ces édifices religieux reconnus, on trouve de multiples chapelles dans les hameaux ou les alpages, des croix de mission, des oratoires, des prieurés… La communauté de communes de Serre-Ponçon (CCSP), en partenariat avec la Région Paca, a décidé de recenser toutes les constructions où se sont déroulés des cultes, processions ou pèlerinages.

Ce lundi 30 janvier à la Manutention, Pierre Vollaire, vice-président de la CCSP en charge de l’aménagement du territoire, présidait une réunion publique pour lancer ce travail d’inventaire. Le premier depuis 1948. La trentaine de personnes présentes a pu faire la connaissance de Julie Aycard, de l’agence spécialisée Memoriae. Elle mènera cette vaste opération sur deux à trois ans. Cette spécialiste de l’art médiéval commencera par Embrun puis ratissera le territoire en commençant par la partie nord.

Pour Julie Ayca.rd, chaque bâtiment visité demande un travail méthodique : « J’y passe entre une demi-heure et trois jours. Je prends de 100 à 3 000 photos. Je les étudie. Je réfléchis à ce que me dit le bâtiment. Je commence à échafauder des hypothèses sur la manière dont il a été construit. Qui a décidé de sa construction ? Je consulte ensuite les archives qui existent encore, pour valider ou non mes suppositions. » Toutes ces données sont entrées dans une base de données nationale.

Un inventaire qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives

Outre l’inventaire, cette spécialiste amènera de nouvelles informations sur ce que l’on croyait connaître. Sa première visite à la cathédrale d’Embrun pourrait ouvrir de nouvelles perspectives. De quoi réjouir les guides conférenciers : « Il y a toute une littérature sur la cathédrale, mais le bâti n’a jamais été vraiment regardé pierre par pierre, comme le fait Julie. Cela va chambouler des savoirs que l’on croyait acquis. Elle pense avoir une idée sur la cathédrale primitive. »

« Il y aura sûrement une réunion publique à Embrun pour restituer l’inventaire de la cité », avance la spécialiste.

On pourra également consulter les informations récoltées sur dossier sinventaire.maregionsud.fr. C’est le site du service de l’inventaire général du patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui encadre les recherches effectuées

Fermer


Les 3 derniers billets

DL_20230125_BaronAnthoine_redimensionner.png

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du mercredi 25janvier 2023

► Voir aussi : CAUSERIE PATRIMOINE : Le Baron Anthoine

Lire la suite

DL_20230125_BaronAnthoine_redimensionner.png

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du mercredi 25janvier 2023

► Voir aussi : CAUSERIE PATRIMOINE : Le Baron Anthoine

Fermer

Publié le 25/01/2023 10:13  - 2 commentaires -   |     |

DL_20230123_InventairePatrimoune_redimensionner.jpeg

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du lundi 21 janvier 2023

► Voir aussi : Réunion publique : Patrimoine bâti religieux de la Communauté de communes de Serre-Ponçon

Lire la suite

DL_20230123_InventairePatrimoune_redimensionner.jpeg

Article paru dans le DAUPHINÉ LIBÉRÉ du lundi 21 janvier 2023

► Voir aussi : Réunion publique : Patrimoine bâti religieux de la Communauté de communes de Serre-Ponçon

Fermer

Publié le 23/01/2023 10:27  - 1 commentaire -   |     |

Nous vous informons qu’une réunion publique est organisée le

lundi 30 janvier à 18h à la salle de la Manutention,  espace Delaroche à Embrun.

Elle lancera le travail :

inventaire autour du patrimoine bâti religieux de la Communauté de communes de Serre-Ponçon
jusqu’en décembre 2024.

Engagé par la Communauté des communes de Serre-Ponçon, en partenariat avec la Région SUD, il est réalisé par l’entreprise « Memoriae » et conduit par Julie Aycard sur les 17 communes de Serre-Ponçon. Ce projet est un pas supplémentaire vers la candidature au label « Pays d’art et d’histoire» des Communautés de communes de Serre-Ponçon et du Guillestrois-Queyras.

L’objectif est de présenter le travail qui se développera sur 2 ans pour étudier le patrimoine bâti religieux des 17 communes de la Communauté des communes de Serre-Ponçon. L’historienne Julie Aycard précisera sa mission et sera à l’écoute de données de passionnés du patrimoine.

Aurélie Bonan, du service régional de l’Inventaire général, présentera le cadre général scientifique.

Fondé en 1964 par André Malraux, l'Inventaire général du patrimoine culturel « recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique ». Il s’appuie sur une recherche de terrain, avec observations, analyses et description des œuvres « in situ » en s'appuyant sur les sources d'archives et la bibliographie disponible.

Le service de l’Inventaire général du patrimoine de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur encadre les recherches effectuées et diffuse les données sur son site : https://dossiersinventaire.maregionsud.fr/ 

La rencontre sera ouverte par Mme Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil régional SUD, présidente de la Communauté des communes de Serre-Ponçon et maire d’Embrun.

Vous disposez de sources inédites sur le patrimoine bâti religieux ? Vous souhaitez attirer l’attention sur un bâti religieux en particulier ? Venez rencontrer la chercheuse lundi 30 ou contactez-nous.

Vous êtes attendus nombreux pour cette réunion.

Nous restons à votre disposition pour tout complément. Bien cordialement.

Corinne CLIVIO
Guide-conférencière,
chargée de diffusion
Service Patrimoine Serre-Ponçon Guillestrois-Queyras

04.92.44.15.12 / 06 66 68 89 71
Courriel : c.clivio@ccserreponcon.com
Site : www.ccserreponcon.com

Pays_Art_Histoire.jpg    Logo_GuillestroisQyeyras.jpg Logo_SerrePoncon.png

Lire la suite

Nous vous informons qu’une réunion publique est organisée le

lundi 30 janvier à 18h à la salle de la Manutention,  espace Delaroche à Embrun.

Elle lancera le travail :

inventaire autour du patrimoine bâti religieux de la Communauté de communes de Serre-Ponçon
jusqu’en décembre 2024.

Engagé par la Communauté des communes de Serre-Ponçon, en partenariat avec la Région SUD, il est réalisé par l’entreprise « Memoriae » et conduit par Julie Aycard sur les 17 communes de Serre-Ponçon. Ce projet est un pas supplémentaire vers la candidature au label « Pays d’art et d’histoire» des Communautés de communes de Serre-Ponçon et du Guillestrois-Queyras.

L’objectif est de présenter le travail qui se développera sur 2 ans pour étudier le patrimoine bâti religieux des 17 communes de la Communauté des communes de Serre-Ponçon. L’historienne Julie Aycard précisera sa mission et sera à l’écoute de données de passionnés du patrimoine.

Aurélie Bonan, du service régional de l’Inventaire général, présentera le cadre général scientifique.

Fondé en 1964 par André Malraux, l'Inventaire général du patrimoine culturel « recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique ». Il s’appuie sur une recherche de terrain, avec observations, analyses et description des œuvres « in situ » en s'appuyant sur les sources d'archives et la bibliographie disponible.

Le service de l’Inventaire général du patrimoine de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur encadre les recherches effectuées et diffuse les données sur son site : https://dossiersinventaire.maregionsud.fr/ 

La rencontre sera ouverte par Mme Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil régional SUD, présidente de la Communauté des communes de Serre-Ponçon et maire d’Embrun.

Vous disposez de sources inédites sur le patrimoine bâti religieux ? Vous souhaitez attirer l’attention sur un bâti religieux en particulier ? Venez rencontrer la chercheuse lundi 30 ou contactez-nous.

Vous êtes attendus nombreux pour cette réunion.

Nous restons à votre disposition pour tout complément. Bien cordialement.

Corinne CLIVIO
Guide-conférencière,
chargée de diffusion
Service Patrimoine Serre-Ponçon Guillestrois-Queyras

04.92.44.15.12 / 06 66 68 89 71
Courriel : c.clivio@ccserreponcon.com
Site : www.ccserreponcon.com

Pays_Art_Histoire.jpg    Logo_GuillestroisQyeyras.jpg Logo_SerrePoncon.png

Fermer

Publié le 18/01/2023 19:12  - 1 commentaire -   |     |

Nouveautés du site

(depuis 60 jours)
Articles
Blog
Livre d'or
14/01/2023 : Marc_Viossat - ...
Nouvelles