Vous êtes ici :   Accueil »  Il y a cent ans, une campagne électorale faisait des remous

 Il y a cent ans, une campagne électorale faisait des remous

►Article paru dans LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ du vendredi 15 décembre 2023 (Bernard Brabant)
 

 Il y a cent ans, une campagne électorale faisait des remous


En décembre 1923, se déroule une élection houleuse. L’hebdomadaire embrunais La Durance soutient spécialement un candidat.

DL_2023_12_15_Jardins_Eveche.jpg

Jardins de l’Archevêché au début du XX e siècle. Bonne nouvelle : le Touring club subventionne l’achat de trois bancs. Archives départementales côte 39-179


En ce mois de décembre 1923, les élections à la Chambre de commerce des Hautes-Alpes tournent à la foire d’empoigne entre les candidats embrunais. On s’insulte à travers les journaux. À gauche, Messieurs Joubert, ancien maire d’Embrun, et Manuel, limonadier. Ils sont soutenus par l’hebdomadaire socialiste Les Alpes nouvelles de Gap. À droite, Messieurs Imbert, hôtelier, Pavie, industriel, et Jugy, imprimeur, s’expriment dans La Durance. Ça tombe bien, ce journal appartient au candidat Jugy.


Il publie des démentis catégoriques : “La liste Jugy Guérin ne comprend ni embusqués ni enrichis comme le disent certains journaux, tandis que la liste Manuel, Joubert, Faure (liste socialiste) comprend des embusqués et des enrichis.” Il accuse Les Alpes nouvelles , “journal de M. Cluzel, avocat socialiste et millionnaire”, de défendre les coopératives. De quoi s’indigner : “Qu’adviendrait-il […] si dans chaque localité du département, on créait des coopératives ?”


Messieurs Faure, Joubert, Imbert, Pavie et Manuel sont élus. Adrien Jugy, dont le journal n’a publié que des articles le soutenant, a été battu “à cause de manœuvres déloyales”. 
 


►Des progrès enregistrés
 

Il y a 100 ans, aussi, l’électricité n’est distribuée qu’à certaines heures. Il y a les mécontents qui se plaignent car “le courant est coupé trop tôt le matin et envoyé trop tard le soir, de sorte qu’ils sont obligés de se servir de bougies […]”. Et ceux qui apprécient le progrès : “Nous sommes heureux de constater que depuis quelques jours, le Water closet de la rue Neuve est éclairé à l’électricité.”
 

Autre progrès, “les abonnés au téléphone sont autorisés à échanger des communications téléphoniques de 19 h 30 à 21 heures avec les abonnés des réseaux de tous les autres départements”. Rappelons qu’à cette époque, pour avoir un correspondant, il faut passer par une opératrice.
 

Côté vie culturelle, on annonce pour le 16 décembre, trois heures de fous rires au théâtre d’Embrun. Un spectacle qui, bien que correct, “ne s’adresse pas aux jeunes filles”.


 


 

On peut consulter le journal La Durance en ligne sur le site des Archives départementales des Hautes-Alpes.



Date de création : 15/12/2023 12:37
Page lue 429 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !