Quand les courses de chevaux payaient une partie du réseau d’eau

►Article paru dans le Dauphiné Libéré du mardi 11 avril 2023 - Bernard Brabant
 

Quand les courses de chevaux payaient une partie du réseau d’eau

Il y a 100 ans, les bénéfices de l’ancêtre du PMU ont en partie subventionné les travaux pour amener l’eau. Crise au conseil municipal : le maire démissionne. Voilà ce qu’on pouvait lire dans l’hebdoma- daire embrunais La Durance , en avril 1923.

DL_2023_04_11_PlaceBarthelon.jpg
La place Saint-Pierre au début du XXe siècle. Sa fontaine d’eau potable et sa mairie.  Photo Archives départementales côte 39-276

Une bonne nouvelle : Embrun touchera 120 000 francs du Pari mutuel pour ses travaux d’eau potable (soit, si l’on rapporte à la valeur actuelle, la somme de 135 000 € pour des travaux estimés à plus d’1 million d’euros). Dans ses statuts, la société de paris de courses doit redistribuer une petite partie de ses bénéfices. Châteauroux touchera également une subvention correspondant à 25 000 €.

La vie au conseil municipal n’est pas pour autant un long fleuve tranquille. Les confits se succèdent. Le préfet vient enfin d’accepter la démission du maire, Monsieur Joubert. “Ces crises municipales, vraiment trop fréquentes (la 4e depuis décembre 1919), ne peuvent qu’être nuisibles aux intérêts de notre chère ville” se désole l’hebdomadaire embrunais La Durance. Le 7 avril, le conseil choisit son doyen, le commandant Toussaint qui n’est pas candidat. Il refuse le poste. Quinze jours plus tard, il accepte devant l’insistance du conseil.

►Le député blanchi par la justice
 

Le député Gilbert Laplace est heureux d’annoncer qu’il a été blanchi par la justice dans une sombre affaire minière au Congo. Dans le civil, cet ingénieur a fait construire, entre 1904 et 1909, la centrale électrique de L’Argentière-la- Bessée qui est à l’époque la plus puissante d’Europe. Son concurrent politique a fait courir le bruit que le député avait des intérêts dans la construction du viaduc de Chanteloube. Ce viaduc n’a jamais servi. Il faisait partie de la ligne de chemin de fer à destination de Barcelonnette. Projet abandonné en cours de route. Cette construction se rappelle à notre bon souvenir en émergeant quand la cote du lac est basse. Autant dire de plus en plus souvent.


►Recherche nourrice

 

Côté offres d’emploi, on cherche une “nourrice lait de 10 mois” qui voudrait prendre un nourrisson à Marseille. Nourrice, un travail en voie de disparition, depuis l’invention des biberons “Robert”. “La soupape permet à l’enfant de faire la succion sans aucun effort et remplace très bien la succion naturelle”, proclame une publicité de cette marque dans un numéro précédent du journal. Son nom est passé dans l’argot. On a longtemps appelé les poitrines féminines : des “roberts”.


Date de création : 11/04/2023 17:21
Page lue 576 fois