Vous êtes ici :   Accueil » La Route des Papes d'Embrun à Avignon

La Route des Papes d'Embrun à Avignon

►Extrait de la conférence de Maurice Fortoul (3 novembre 2023-Embrun)


La Route des Papes d'Embrun à Avignon


c’est associer le nom d'Embrun à celui d'Avignon...


 

LaRoute_DesPapes_1.JPG
Cathédrale Notre-Dame du Réal
(Embrun-Hautes-Alpes)

L'histoire a construit un chemin entre l'ancienne métropole religieuse des Alpes et la cité qui accueillit la papauté au XIVe siècle.

Les deux villes étaient déjà, sous l'ère romaine, sur l'itinéraire qui reliait Rome et la péninsule ibérique, la Via Domitia, qui passe au sud d'Avignon, à Cavaillon. Avignon (Avenio) étant sur la Via Agrippa.

Pour nous, l’itinéraire de cette voie était dénommée Via Cottia Per Alpem.

Une position dont elles tirèrent avantage.

Au cours du XIVe siècle, des relations étroites se nouèrent entre l'archevêché d'Embrun et la cité pontificale d'Avignon, à l’instar d’autres villes. De cette période demeure un itinéraire méconnu aujourd'hui : la Route des Papes.

A partir de 1301, un conflit violent opposa le pape Boniface VIII et le roi de France Philippe le Bel; le dernier mot revient à celui-ci.

Après l'humiliation et la mort de Boniface VIII, en 1303, la papauté se résigne à sa défaite. Le 5 juin 1305, Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, était élu pape sous le nom de Clément V. Celui-ci, entièrement dans la main du roi de France, renonce à se rendre à Rome, déchirée entre guelfes et gibelins. Les premiers défendaient la papauté, les seconds soutenaient les empereurs 
germaniques.

Clément V s'établit à Avignon au printemps 1309. Ses successeurs, au nombre de six, feront de même jusqu'en 1377. Benoît XII, qui accède au trône pontifical en 1334, entreprit la construction du palais grandiose que Clément VI, son successeur en 1342, achèvera.


►Le palais archiépiscopal offrait comme un reflet du faste d'Avignon


La proximité de la cour pontificale influença grandement sur la fortune des archevêques d'Embrun. Elle donnait au siège d'Embrun un attrait particulier. Les papes y placèrent amis, familiers ou hommes de confiance.

Les années 1345 et 1346 apparaissent comme un sommet radieux dans l'histoire d'Embrun. L'archevêque, le dauphin, la cité et les communautés diverses ont harmonieusement accordé leurs pouvoirs et leurs droits.

Grâce aux miracles qui se succèdent dans la grandiose cathédrale, la cité rayonne d'un prestige mystique qui s'étend déjà loin. 

LaRoute_DesPapes_2.jpg
Le Palais des Papes (Avignon-Vaucluse)
© Frédéric Dahm - Empreinte d'Ailleurs



Elle jouit, depuis l'installation à Avignon de la cour pontificale, d'une prospérité modeste, sans doute, mais telle qu'elle n'en a jamais connu.

En 1348, la peste noire, remontant d'Avignon où elle était parvenue d'Orient par Marseille, se déclara à Embrun, n'épargnant aucun lieu habité.

Au milieu du siècle, la lutte contre l'hérésie reprit. Clément VI, à la veille de mourir, ordonnait à l'archevêque de purger les vallées infestées par les Vaudois.

Le transfert à Rome de la cour pontificale en 1377 fut fâcheux pour l'Embrunais. Un débouché économique irremplaçable se ferma.


►Sur la Route des Papes

LaRoute_DesPapes.JPG
Borne Avignon-Embrun sur la RD 542,
entre Sault et Montbrun-les-Bains (Vaucluse)

 

Sur la commune d'Aurel, en Vaucluse, à égale distance de Sault et de Montbrun-les-Bains, cette dernière dans la Drôme, une borne inhabituelle jalonne la route départementale 542.

En pierre, haute d'un mètre cinquante environ, elle est le témoin de l'ancienne route des papes et porte la mention D'Embrun à Avignon et D'Avignon à Embrun. Cette borne aurait été installée au temps de la Restauration, au XIXe siècle.

Courant vers l'ouest, l'itinéraire poursuit en direction du Comtat de Carpentras, puis Avignon. Vers l'est, c'est Séderon, puis les gorges de la Méouge, Châteauneuf-de-Chabre, la vallée de la Durance, et Embrun.

En réalité, plusieurs itinéraires étaient possibles pour relier les deux cités.

De Chorges, il était loisible d'emprunter l'itinéraire Gap, Veynes, Serres ou bien la vallée de l'Avance, puis celle de la Durance. Une fois la vallée du Buëch atteinte, les marchands et pèlerins se dirigeaient vers Orpierre, Buis-les-Baronnies, Malaucène, Carpentras et Avignon.


Date de création : 23/11/2023 09:47
Page lue 225 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !